Scomparsa di un pioniere dell’energia solare: Marcel Perrot (1908-2006)

This entry was posted by on martedì, 14 agosto, 2012 at
Print Friendly

Texte tiré d’un article du professeur Jean-Pierre David paru dans la revue COMPLES N° 34, segnalato da

Cesare Silvi csilvi@gses.it www.gses.it

DISPARITION D’UN PIONNIER DE L’HELIOTECHNIOUE

Marcel Perrot (1908 – 2006), Fondateur de la COMPLES, Ancien Professeur aux Facultés des Sciences d’Alger, puis de Marseille. 

Marcel Perrot est décédé le 7 mai 2006, à Champagne près de Lyon. M. PERROT, né le 9 août 1908, obtient le titre d’Ingénieur des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence (1930), la licence en Sciences Physiques (1933), le Diplôme d’Etudes Supérieures des Sciences Physiques (1934) et la thèse de Doctorat es Sciences en 1945 à Marseille, sous la direction des Professeurs H. BUISSON et P. ROUARD et la présidence de Ch. FABRY.

Il a successivement occupé des fonctions de Chef de Travaux Pratiques de Physique, de Maître de Conférences puis de Professeur de Physique Générale à l’Université d’Alger où il crée, en 1959, l’Institut de l’Energie Solaire de l’Université d’Alger (IIESUA), auquel était rattachée la station solaire de la Bouzareah, puis lance le premier certificat de licence en Energie Solaire, délivré dans un territoire Français. 

De retour en Métropole lors de l’indépendance de l’Algérie en juillet 1962, il rejoint la Faculté des Sciences de Marseille-Saint-Charles, où il est hébergé dans le laboratoire de Physique Industrielle du Professeur MERIGOUX, avant de s’installer à la nouvelle Faculté de Marseille-Saint-Jérôme, en octobre 1964, où il crée, avec d’anciens collaborateurs scientifiques et techniciens de l’IESUA, le laboratoire d’Electricité et d’Héliotechnique, qu’il dirigera jusqu’à son admission à la retraite en 1972. 

Fondateur de la COMPLES (Coopération Méditerranéenne pour l’Energie Solaire) en 1961 avec les Professeurs BLANCO (Espagne), NEBBIA (Italie), l’Ingénieur ROCHA (Portugal) et l’Amiral SPANIDES (Grèce), il assure le Secrétariat Général de l’Association jusqu’en 1972. Jusqu’en 1972, il publie le bulletin de la COMPLES dont la Revue Internationale d’Héliotechnique prendra la suite à compter de 1972.

Ses activités de recherches l’ont conduit à étudier à Marseille, jusqu’en 1948, les propriétés optiques des couches minces, puis de 1948 à 1962, en Algérie, il poursuit avec ses élèves des travaux sur les propriétés électriques et optiques des couches minces et s’intéresse avec A. BLANC-LAPIERRE, à des problèmes de diffraction, de filtrage linéaire et de correspondance objet-image. 

En Héliotechnique, il étudie avec ses collaborateurs différents procédés de captation et de conversion du rayonnement solaire, coordonne les travaux de la Station solaire de Bouzaréah et de son Héliodyne conçu par M. TOUCHAIS (50 kW de puissance incidente, 30 kW de puissance utile à 3000°C, concentration de 20000 Soleils). 

Ces travaux sont matérialisés par 85 publications, 10 diplômes d’Etudes Supérieures et thèses de Doctorat. 

A Marseille, à partir de 1962, les principaux travaux portent sur les systèmes antipertes et les structures sélectives alvéolaires de FRANCIA, les systèmes de miroirs et foyers solaires, les conversion photovoltaïque et thermoionique solaire. 80 nouvelles publications, 26 diplômes ou thèses de Doctorat voient le jour entre 1962 et 1972. Six de ses anciens élèves sont eux-mêmes devenus Professeurs d’Université. 

Il a publié 3 livres : «Propagation des Ondes Electromagnétiques» (CRDP 1970), «La Houille d’Or» (Fayard 1963)(traduzione italiana col titolo: “Il carbone d’oro”, Modena, Edizioni Paoline, 1967), et «Recherches Héliotechniques: Index Analytique” (Estrel 1978). 

Corrélativement, il organise les rencontres annuelles de la COMPLES avec le Secrétariat Général et deux Congrès internationaux (Paris 1973 et Dharan 1975). Président de la COMPLES de 1972 à 1978, il en était Président d’Honneur depuis 1978.